Pourquoi tu ne vas pas t’abonner à la NEWSLETTER ?

On ne manque ni d’ambition, ni de moyens par ici. Et donc avec la nouvelle mouture du site, on a décidé de créer une newsletter. Pourquoi tu vas me dire ? On ne sait pas trop. Je pourrais dire que c’est pour compenser une peur profonde qu’un jour tu disparaisses et que tu m’oublies tout à fait, me laissant m’égosiller seul sur ce site ou sur les réseaux. Et alors, je pourrais toujours te prévenir de ce qu’il se passe de vital par ici. Mais la vérité serait plus proche de : parce c’est gratuit, parce que mon Yéti d’informaticien me l’a proposé (il aime essayer tout ce qu’il ne connait pas) et parce que j’ai une main d’œuvre gratuite à disposition qui maitrise les outils. Bref, parce que ça se fait pratiquement sans moi.

Mais on les connait tous, les NEWSLETTERS plus ou moins non sollicitées. On est inondé de newsletters, Google a même créé une boite où elles se rangent automatiquement. Et je sais ce qu’elles peuvent avoir de systématique, d’envahissant et de racoleur.

Je vais donc te faire une liste de toutes les raisons pour lesquelles tu ne devrais vraiment pas t’abonner à cette newsletter.

  • Parce que tu ne veux pas d’une newsletter artisanale, faite entre 4 et 6 heures du matin, entre la bière et le whisky.
  • Parce que tu ne veux pas d’une newsletter très irrégulière qui ne cherchera qu’à te parler littérature et – in fine – te faire son autopromotion  (personne n’est dupe) quand il y aura – enfin – quelque chose à annoncer.
  • Parce que tu préfères recevoir des lettres parfumées et manuscrites avec des timbres qu’on colle avec la langue.
  • Parce que la littérature ça ne se newsletterise pas. Amazon, McDonald’s, Apple, Shopware, Netflix, Ryanair d’accord. Tu ne les lis pas mais tu acceptes l’idée. Par contre un auteur à un seul roman et déjà dix manuscrits, faut pas exagérer.
  • Parce que tu es un hédoniste parcimonieux et que tu te gardes les moments de plaisir pour Noël, la Saint-Valentin et la Saint Glin-Glin.
  • Parce que la mise en abyme, non merci. Lire à propos d’un mec qui écrit sur des livres, ça fait beaucoup de méta-lecture inutile. On abrège la lecture et on va direct à l’essentiel, les livres pardieu !
  • Parce que c’est gratuit.
  • Parce que tu ne veux pas entendre parler de moi à moins de l’avoir décidé (on a tous nos pulsions comme ça, j’ai la même chose avec Gérard Darmon, Pascal Obispo et Amélie Nothomb).
  • Parce que le monde va mal et que tu ne veux recevoir que des informations de qualité ou être abreuvé de bonnes nouvelles.
  • Parce qu’on reçoit déjà 684 emails par jour.
  • Parce que tu sens qu’elle ne sera pas toujours claire et droite dans ses bottes comme celle de Guillaume Musso cette newsletter. Du factuel, rien que du factuel égocentré.
  • Parce que tu ne me connais pas.
  • Parce que le temps de lecture est compté.
  • Parce que 6×7.
  • Parce que les normes européennes RGPD.
  • Parce que.

Bon. Si malgré tout ça, tu trouves des raisons de t’abonner à la newsletter, inscris ton adresse vraiment tout en bas de cette page, je ferai mon possible pour résister à la tentation de te spammer. Après, ce n’est pas un engagement dans un club de fitness, en un clic tu peux vraiment te débarrasser de l’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.